Kodjo Agbossou nommé à la co-vice-présidence du RLS-Sciences

Kodjo Agbossou est professeur au Département de génie électrique et génie informatique de l'UQTR.
Neo UQTR
Neo UQTR

Kodjo Agbossou, professeur au Département de génie électrique et génie informatique de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) a accepté le poste de co-vice-président du RLS-Sciences, un réseau de collaboration scientifique regroupant des représentants de sept régions : Bavière, Haute-Autriche, Cap-Occidental, Georgie (États-Unis), Québec, São Paulo et Shandong.

Le RLS Sciences a été créé en 2012. Quatre pôles de développement guident les projets de collaboration scientifique : l’aérospatiale, les petits satellites, l’intégration digitale et les énergies renouvelables. À tous les deux ans, les leaders des gouvernements et États partenaires se regroupent à l’occasion d’un Sommet politique. L’an dernier, l’événement s’est tenu à Québec et le thème portait sur la transition énergétique.

Les actions qui seront mises en place en amont du prochain sommet RLS (Linz 2020  – Régions intelligentes) contribueront à solidifier la collaboration entre les régions partenaires, et ce, grâce à la complémentarité et à la pluralité des expertises des membres.

« En ce sens, je me suis personnellement engagé à développer des projets inter axes et inter régions, avec le soutien de l’équipe du ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI) du Québec et de mon collègue de l’UQTR, professeur Simon Barnabé (Chimie, biochimie et physique), qui assure la coordination scientifique du volet Énergie pour le Québec », a mentionné le professeur Agbossou, titulaire de la Chaire de recherche Hydro-Québec sur la gestion transactionnelle de la demande résidentielle en puissance et en énergie.

Le professeur Agbossou prend la relève de Maryse Lassonde, qui a été nommée en juin 2018 présidente du Conseil supérieur de l’éducation. Notons qu’au cours de son mandat, Mme Lassonde a réussi à mobiliser les acteurs du Québec et d’ailleurs dans les régions autour d’un projet commun : générer et soutenir les échanges universitaires, scientifiques et technologiques et le lancement de projets de recherche multilatéraux.

« Il est donc souhaitable que le Québec continue à jouer un rôle rassembleur afin de mettre en œuvre les actions pour renfoncer la coopération internationale et soutenir les orientations de recherche du Québec, ainsi que la recherche stratégique à l’UQTR », a conclu Kodjo Agbossou.

X